Textes

Ces jours comme ça

13 décembre 2016

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi mal, aussi démunie, aussi perdue dans ma vie. Mais pas assez, je me délectais du bonheur qui pouvait m’envahir et je ne pensais pas que ce dernier finirait par me fuir. J’ai mal. Je ne sais pas vraiment où mais il y a quelque chose qui cloche, quelque chose qui ne va pas. Je devrais pouvoir identifier la source de ma blessure mais je n’y arrive pas.

Je ressens comme un vide qui s’agrandit dans mon coeur, comme un ras de marée qui me submerge et je me laisse aller, lentement. Tranquillement, mon esprit se lasse de cette vie remplie de haine, de colère et je me surprends à avoir des pensées folles et irresponsables. J’ai la sensation de mourir, un peu plus chaque jour. Je meurs de l’intérieur.

Pourtant, j’essaie de faire en sorte que ça aille, j’essaie de me dire que ça va passer et que tout finira par s’arranger. Mais finalement, c’est déjà trop tard. Je suis un coeur brisé dans un corps bousillé. Et parfois, je repense à mon passé et à tout ce qui m’a blessé. C’est mauvais, très mauvais. Chaque souvenir qu’on a tenté d’évincer revient à la charge, en faisant mal toujours plus fort. La cicatrise ne se referme pas, elle laisse ce trou béant dans mon coeur et aujourd’hui, je meurs.

Il arrive des moments où on a la sensation que la vie n’a plus de sens, qu’elle ne rime à rien et pourtant, on ne peut pas s’empêcher de poursuivre son chemin. On se questionne sur le futur en prétendant que cela ne pourra jamais être pire. Et la plupart du temps, c’est vrai. Le plus dur est derrière nous et parfois, on se retrouve dans cette situation. On ne sait pas vraiment pourquoi mais on souffre intensément. Ce n’est pas une seule chose qui nous écrase mais des millions cumulées qui nous assaillent.

Sauf qu’encore une fois, demain peut être meilleur qu’aujourd’hui.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *