Textes

Pour toujours, je vais être heureuse

2 mars 2017

Je voudrais que tu saches, non en fait je voudrais que tu comprennes, que dans mon cœur tu as créé un massacre et qu’à présent, il saigne. Je voudrais que tu prennes en compte que dans la vie il y a des hauts et des bas et que quelque soit le problème que tu rencontres, je serai toujours là.

Parce que oui, même si tout est fini, même si tu m’as littéralement détruit, pour toi, je décrocherai encore la lune, tu vois. Je prends le temps de t’écrire ces quelques lignes, d’aligner ces quelques mots. Je voudrais te raconter, tu sais, t’expliquer mes choix, pourquoi je ne suis plus là. Longtemps, depuis l’école primaire, je suis victime de moquerie, de harcèlement et je suis le centre de conversation des langues de vipères. Je n’avais pas d’ami et puis un jour, au beau milieu de ma vie, tu es arrivée, toi et ta lucidité m’avaient éclairé. Tu m’as remonté à la surface, tu m’as donné la force d’avancer, de tout surmonter.

Mais à présent, tu n’es plus là, tu t’es effacé et puis peut être même oublié. Il faut croire que je ne représentais rien dans les cieux, tu m’as laissé seule dans cette bataille, toute seule face aux représailles. Je n’avais plus la force, ni même la volonté , de tout encaisser. Alors un soir, remplie des souvenirs que tu m’avais donné, que tu m’avais prodigué et qui dans ma mémoire subsisté. Je me suis laissée tomber jusqu’au fond du gouffre, je suis morte en souffrant mais ce n’était que moralement, sur mon corps aucune trace n’est visible de ma vie si pénible.

Mon cher passé, toi qui m’a abandonné, qui m’a laissé toute seule sans un futur bien mérité, je t’écris afin que tu rendes heureux ceux qui le méritent et ceux qui le mériteraient et puis que tu cesses ce rite de nous laisser pleurer. Je sais bien que tu es composé de souvenirs qui m’ont fait rêver ou bien hurler, en silence face à une absence. Ne néglige pas le fait qu’il est parfois dur de se rattraper, alors n’oublie pas que tu es composé et même imparfait, nous avons le droit de goûter au bonheur et de laisser s’épanouir nos cœurs.

Je te présente mes condoléances, car je compte bien te laisser t’en aller, toi et ces images qui m’ont tant hanté. Aujourd’hui, pour toujours, je vais être heureuse.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *