L'espoir au corps d'Anais W.

Hello, hello, 
Cela fait un bout de temps que je n'ai pas été régulière, mais avec les cours, j'avais peu de temps. Et je profite de cette première journée de vacances pour rattraper le temps perdu avec L'espoir au corps d'Anais W qui m'a gentiment envoyé son livre. 

Résumé

En revenant dans la ville où il a grandi, Daniel se donne une ultime chance d’être heureux. S’il échoue, il laissera le VIH l’achever…

Après avoir perdu ses parents, Kalinda a tiré un trait sur son avenir pour éduquer ses deux jeunes frères et sa soeur. Pourtant, elle ne peut se résoudre au sacrifice qu’est devenue sa vie…

Un soir, sur le parking où il se gare chaque jour depuis un an, Daniel fait la rencontre de Kalinda. Très vite, pour les deux jeunes gens, l’espoir s’éveille.

Mais pour avoir une chance d’être aimée, Kalinda décide de mentir sur sa situation : après tout, qui voudrait d’une femme avec trois enfants à sa charge ?

Alors que Daniel s’efforce de construire un avenir, le mensonge et l’entêtement de Kalinda menacent de tout compromettre.

Entre éclats d’amour et de colère, quel sentiment vaincra ?

L'auteur

J’ai commencé à écrire j’avais 12 ans. Je crois que je lisais trop et mon imagination débordait ! C’est devenu très sérieux à l’adolescence où l’écriture a été une véritable soupape : j’étais en colère, amère et tout était injuste ! C’est là qu’Au-delà des tours est né. Ce premier roman a ensuite grandi et mûri avec moi. J’ai aussi commencé de nombreuses autres histoires au fils des années sans vraiment en achever aucune...

Mes romans sont des témoignages de combativité et je veux que le lecteur en ressorte grandit. Alors, soucieuse d’évoluer et d’offrir une nouvelle approche, j’ai écrit L’espoir au corps, un nouveau récit mais à l’âge adulte, avec une narration différente, toujours très proche des sentiments des personnages. Je le souhaite aussi fort en émotions que les précédents.

Mon avis

Nous suivons les aventures de Daniel et de Kalinda, Daniel qui est atteint du VIH et Kalinda qui vient de perdre ses parents et qui se retrouve tutrice de ses trois frères et soeurs. Pour être honnête, cette histoire fut un vrai coup de coeur. J'ai vraiment tout adoré dedans. J'ai accepté de lire ce livre parce qu'il aborde des thématiques intéressantes qu'on voit très peu donc je me suis laissée tenter. Et quand j'ai commencé à lire, je ne pouvais plus m'arrêter. On voit bien le parallèle entre ces deux personnes qui ont un passé difficile et une vie encore plus compliquée qui essaient de s'en sortir, tout simplement.

Cette histoire est touchante, émouvante, j'avoue avoir versé quelques larmes et tous les personnes sont vraiment importants. Les frères et soeurs de Kalinda sont juste adorables, mignons et on voit bien qu'eux aussi, doivent à grandir plus vite et gagner en maturité. C'est finalement, la relation entre frère et soeur qui m'a le plus touché. Kalinda a aussi une amie, Vivianne, qui n'est pas laissé de côté et qu'on apprend à connaître au fur et à mesure.

De son côté, Daniel a son voisin, Papé, qui est un énorme soutien pour lui. Tous les personnages sont attachants et même si parfois, on a envie de les secouer un peu, l'histoire reste vraiment exceptionnelle. J'ai adoré les émotions qu'elle nous procure, j'ai encore plus aimé le style de l'auteur et je n'en suis pas sortie indemne.

L'histoire est légère, prenante, même si elle est quand même dure. Dedans, on en apprend plus sur le VIH et sur la manière dont on peut vivre avec, mais ce n'est pas trop lourd, c'est dosé exactement comme il le faut. Et la morale de l'histoire est magnifique, on voit des personnages qui se battent pour réapprendre à vivre, pour ne pas abandonner et finalement, c'est une jolie leçon de vie.

J'ai toujours adoré les romans humains, pleins de sentiments et de sensations et celui-ci fait vraiment partie de mes coups de coeur. C'est une merveilleuse histoire qui s'achève et je suis vraiment heureuse d'avoir découvert la plume de cette auteur que je remercie une nouvelle fois.

Pour l'acheter, c'est par ici : sur amazon.

Publié le 21 octobre 2017