Désolée, ça ne va pas6 mars 2017
Je déprime. Je ne sais pas pourquoi mais c’est comme ça. C’est prenant, envoûtant, ça me noie. Je perds le goût de la vie, je n’écoute même plus mes amis, je suis comme un ectoplasme , je suis absente. On dit qu’il ne faut pas nager là où on n’a pas pied, je regrette à présent de m’être trop éloignée de la rive. J’ai préféré foncer dans l’inconnu, au risque d’avoir tout perdu. Je me suis lancée à sa poursuite , mais il a pris la fuite, c’était beaucoup trop tard lorsque j’ai compris que c’était la fin de notre histoire. J’ai peur à nouveau d’être confrontée au bonheur et qu’une fois encore, je le rejette. Suis-je vraiment faite pour être heureuse ? Ou suis-je seulement apte à tomber amoureuse ? L’amour me ronge, il me tue, il me fait couler au plus profond de ma réalité. En fait, il y a tellement de choses qui m’angoissent, qui me troublent, que je ne connais pas mais qui font la raison de ma dépression. Au fond, je crois que c’est une accumulation d’événement qui me rende plus faible qu’avant. Je me sens tellement naïve parfois,
Lire la suite
Et après la mort?
Après la mort, qu’est ce qu’il y a ? Qu’est ce qu’il nous arrive lorsque tu cesses de respirer, lorsque tu ne te réveilleras jamais ? Le « avant », tu le connais, tu sais ce que tu as vécu, ce que tu as perdu et à ton départ, les autres sont là pour se remémorer, pour te faire vivre dans leurs pensées. Tu auras marqué des mémoires et les auras fait rêver, rigoler, profiter du temps qu’ils ont passé à tes côtés. Le « pourquoi » de ta mort est connu aussi, c’est les vivants qui le découvriront, le chercheront et le pleureront. Mais après la mort ? En as-tu aussi conscience ? Sais-tu pourquoi tu nous lègues ton absence ? Suicide. Accident. Maladie. Meurtre. Tant de solutions pour mettre fin à sa vie, c’est triste mais c’est ainsi. Le monde entier n’est pas capable de lutter contre cette terrible vérité car oui beaucoup on choisit d’abréger leurs vies, de mettre fin à celles des autres ou alors la nature s’en charge…On connaîtra, du moins, on cherchera à comprendre les raisons pour lesquelles une personne meurt, pour qu’elle nous quitte si tôt, si précipitamment. Car pour les
Lire la suite
Pour toujours, je vais être heureuse2 mars 2017
Je voudrais que tu saches, non en fait je voudrais que tu comprennes, que dans mon cœur tu as créé un massacre et qu’à présent, il saigne. Je voudrais que tu prennes en compte que dans la vie il y a des hauts et des bas et que quelque soit le problème que tu rencontres, je serai toujours là. Parce que oui, même si tout est fini, même si tu m’as littéralement détruit, pour toi, je décrocherai encore la lune, tu vois. Je prends le temps de t’écrire ces quelques lignes, d’aligner ces quelques mots. Je voudrais te raconter, tu sais, t’expliquer mes choix, pourquoi je ne suis plus là. Longtemps, depuis l’école primaire, je suis victime de moquerie, de harcèlement et je suis le centre de conversation des langues de vipères. Je n’avais pas d’ami et puis un jour, au beau milieu de ma vie, tu es arrivée, toi et ta lucidité m’avaient éclairé. Tu m’as remonté à la surface, tu m’as donné la force d’avancer, de tout surmonter. Mais à présent, tu n’es plus là, tu t’es effacé et puis peut être même oublié. Il faut croire que je ne représentais rien dans les cieux, tu m’as lai
Lire la suite
Joyeuse fête des mères
Le 26 mai 2013, Chère maman, Aujourd’hui, comme pour toutes les autres mères, c’est ta fête. Alors je tenais à te le souhaiter, te le dire et être avec toi pour ta journée. Alors voilà, bonne fête des mères, maman chérie. Je suis désolée, je n’ai que cette humble lettre à t’offrir, mais je l’écris avec le cœur, tu sais. On dit que c’est l’intention qui compte, n’est ce pas ? Cela fait près de 16 ans maintenant, que la fête des mères je la passe sans toi, je crois même que je ne t’ai offert que des objets fabriqués à la maternelle, j’y mettais tout mon amour dans ces petites cuillères qu’on peignait, tu sais, nous dessinions quelque chose qui ressemblait à un bonhomme sur des cuillères en bois. Je me souviens encore la fois où j’avais dessiné une girafe, du moins, la fois où j’avais essayé. Maman, j’aurais tellement voulu que tu lises cette lettre, mais je sais que tu ne le feras jamais malgré tous les efforts que je pourrais réaliser. Je laisse ce petit mot, cette feuille de papier, là où tu es enterrée, là où je ne pourrais jamais t’atteindre. On dit que l
Lire la suite
J’vais te faire une promesse1 mars 2017
https://www.youtube.com/watch?v=QB0ordd2nOI J’vais te faire une promesse. J’vais te promettre que je vais profiter de la vie, que je vais la croquer à pleines dents aussi longtemps que je respirerai. J’vais tomber, j’vais me rétamer la gueule sur le sol mais je vais me relever, j’te le jure, j’vais jamais rester à terre. Parce que c’est ça la vie, c’est ça l’existence, enfin non, c’est ça profiter. Tu sais, parfois, j’échoue. J’échoue parce que je ne peux pas tout supporter, j’échoue parce que je dois apprendre de mes faiblesses mais justement, ce que j’ai découvert, c’est que je suis forte. Peut être pas autant que certains mais beaucoup plus que d’autres. Je suis forte parce que malgré toutes les choses qui me sont arrivées, malgré toutes les galères que j’ai du affronter, je n’ai jamais cessé de lutter. Alors oui, j’ai eu des baisses de moral, oui j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, oui j’ai tapé du poing, oui je me suis effondrée sur le sol mais j’ai toujours continué d’avancer. J’
Lire la suite
Un, deux, trois et tu t’en vas28 février 2017
Un, Deux, Trois. C’est le nombre de battement de mon cœur, le nombre de seconde qui se sont écoulées. C’est le temps qu’il a fallu à mon souffle pour se calmer, pour que les choses changent l’espace d’un battement de paupière. Je regarde autour de moi, perplexe, je suis seule. J’ai l’habitude au fond d’être seule et pourtant, cette fois-ci c’est différent. En effet, ce n’est plus comme avant, la roue tourne comme on dit et là, elle a fait le tour du cadrant. Cet événement se rapprochait chaque jour qui s’écoulait mais je ne voulais pas le voir arriver. Je préférais fermer les yeux et plonger dans l’obscurité et pourtant, inconsciemment je savais déjà ce qui allait se passer. C’était trop dur à accepter, beaucoup trop difficile à concevoir alors j’essayais désespérément de le nier, me contentant de profiter de toi et d’ignorer cette abominable vérité. Tu devais partir parce que la vie en avait décidé. Les heures se succédaient et vint celle que je redoutais, celle où tu allais me quitter. Mais on ne pouvait pas repousser éternellement l’in
Lire la suite
Désolé, c’est terminé31 janvier 2017
Ce n’est pas contre toi, mais c’est pour moi. Je ne peux plus continuer comme ça. Je ne peux plus faire semblant. Il faut que ça sorte avant que cela n’empire. Je n’aime pas ta façon de faire, encore moins ta façon d’être. Cette manière de penser que tout t’est due m’énerve à un point que tu n’imagines même pas. Il faut que cela cesse, je ne veux plus être complice de ça. Je ne veux plus te regarder en train de tout détruire. Tu ne te rends même pas compte du mal que tu répends autour de toi.  Depuis quand on traite ses amis de la sorte? Depuis quand on estime qu’ils n’existent uniquement lorsque cela nous arrange? Depuis quand on oublie ses valeurs, sa pensée et sa personne? Je suis profondément déçue par la personne que tu es devenue. J’imagine que cela fait un bout de temps que nous nous sommes perdus.  Il aurait fallu se l’avouer plus tôt, on se serait épargné bien des chagrins, ne penses-tu pas?  Nous avons vécu des paqu
Lire la suite
Comment ça va?23 janvier 2017
« Comment ça va ? » Question piège ? Réponse minable ? Je suis simplement incapable de répondre sincèrement à cette question, j’embrouille tout le monde d’illusion et ils y croient les yeux fermés car « oui ça va » était la réponse qu’ils attendaient. Ils avaient posé l’interrogation, leurs consciences étaient sereines, persuadées que je n’avais aucune peine. C’est une question de courtoisie ou de politesse, on la prononce souvent autant à l’oral qu’à l’écrit, c’est le début de la conversation alors bon, on y prête que très peu d’attention. C’est tellement aisé de leur mentir, de les regarder dans les yeux et d’assurer qu’on est comblé. J’ignore si cela les rassure même si on est désemparé par nos blessures, ils souhaitent entendre que ça, un joli et impersonnel « oui ça va et toi ? ». Les gens disent nous connaître mais ils ne discernent même pas le mal qui ne cesse de nous consumer. Ou bien cela les arrange de ne plus avoir à nous écouter nous lamenter, car lorsqu’on se renferme sur soi même c’est qu’un jour, on nous a di
Lire la suite
Try again21 janvier 2017
J’crois qu’un jour il faut comprendre que notre temps est limité, que se lamenter ne nous aide pas à avancer. Bien sur je ne nie pas que la vie est compliquée mais au fond, si vous pouvez lire ça c’est que vous êtes de gens gatées. Il y a pire que vous vous savez ? Il y a plus malheureux aussi. Tu sais, les années s’enchaînent et plus le temps passe, plus il semble aller vite. Penses-tu que la vie n’est pas assez réduite pour se permettre de déprimer ? Combien de temps encore vas-tu gâcher ta vie ? Vis la pleinement. Jusqu’à quel âge refuseras-tu de grandir ? De comprendre que notre existence n’est pas synonyme de souffrance, c’est juste que cette dernière s’insinue dans nos vies, fait pleuvoir des péripéties et pourtant, il restera au final des bons moments. J’en ai marre de vous voir les yeux baignés de larmes sans que vous essayez de changer quoi que ce soit. Vous êtes là, assis dans votre coin à vous dire que la vie ne sert à rien. Vous ne tentez même pas vo
Lire la suite