J’ai été faible.11 avril 2017
https://www.youtube.com/watch?v=7wfYIMyS_dI J’ai été faible. J’ai été faible parce que je n’ai pas eu la force de refuser ce qu’il s’est passé. Je me suis laissée marcher sur les pieds, je me suis laissée salir et abandonnée sans même envoyer les gens balader. Je ne suis pas un bouche trou, une simple amie passagère ou une fille qu’on peut laisser tout simplement derrière. J’ai toujours été beaucoup plus que ça mais personne n’osait voir plus loin, personne n’osait me prendre la main. J’en ai marre, je n’en peux plus et je ne supporte plus. A quoi bon être gentil pour qu’on nous prenne pour des cons? A quoi bon être avec des contre-façon? Tu pourrais tout faire pour eux, les aider, les soutenir et ils t’abandonneront sans jamais le regretter. Et ils continueront à se plaindre de leur vie, ils continueront de croire que tout est permis. J’avais une peur, une peur de retourner en arrière, et grâce aux autres, c’est le retour à la case départ. J’ai voulu voler de mes propres ailes, apprendre à vivre pleinement pour qu’on m’oblige à rebrLire la suite
Adieu, bon voyage vers les cieux19 mars 2017
Je n’arrive plus à contenir ce que je ressens, tout cela devient réel et je ne peux rien y faire. Cela fait des jours et des jours que je réalise pas, que je n’arrive pas à me dire que ça y est “c’est fini”. Quelque part, je m’étais persuadée que si je ne laissais rien transparaître, ça irait. Mais c’est totalement faux. La vie est injuste, pourquoi tu pars? Pourquoi maintenant? Pourquoi de cette manière? Je sais que tu souffres et que tu as beaucoup souffert. Mais je ne me résigne pas à te dire « adieu » . Tu m’as vu grandir, tu m’as vu faire mes premiers pas, tu as pansé mes premières blessures, tu faisais partie de la famille tout simplement. Comment a-t-on pu en arriver là? Comment pouvons nous souffrir comme ça? Je n’en peux plus, je ne supporte plus tout ça. Je voulais être inatteignable, je ne voulais pas y croire. Je me disais que si je ne ressentais plus rien, ça serait plus facile. En fait, non, c’est tout le contraire, j’espérais que tout irait mieux. Je priais si fort pour que tu sortes de ton sommeil, je voulais que tu puisses vivre à nouveau. Je sais que tu es dans un entre deux, entrLire la suite
Belle mentalité dans notre société.17 mars 2017
Vous jouez, vous voulez gagner. Vous avez cru que la vie n’était qu’un vulgaire jeu, que la récompense est d’être heureux. Mais vous n’avez pas compris que le bonheur est quelque chose qui se cultive et qui se mérite, c’est un enchaînement de moments précis, d’instants inédits, de paroles bien jolies. On croit que dans la vie tout est permis, tricherie, hypocrisie , on a atteint le summum de la débilité. L’être humain est devenu tellement puéril, si immature. On complote pour faire des crimes sans mesure, provoquant d’immense blessure. Mais tout ça, on ne le voit pas, du moins on passe son temps à le nier pour rire des différences, on est égoïste pour avoir plus de chance. C’est tellement inhumain de souhaiter les malheurs de quelqu’un, de chercher à le faire plonger, de passer son temps à se moquer. C’est facile de s’attaquer à quelqu’un qui n’a pas le courage de répondre. Pourquoi ? Parce que beaucoup d’entre nous sont fragiles, sensibles et manquent de confiance en eux. Et c’est ces personnes là vos victimes parce qu’elles ont une personnaLire la suite
Et c’est la fin…14 mars 2017
Il me frappe. Je me mords la langue. Je m’y attendais, c’est mon quotidien d’être frappée. J’ai le bras couvert d’hématomes et les jambes presque saignantes. J’ai mal. Je me mords la lèvre pour ne pas crier, j’ai conscience que si je le fais, il risque de récidiver. J’étouffe ma douleur, serre les poings, j’ai juste envie de pleurer mais je ne devais pas montrer le moindre signe de faiblesse. Et pourtant, chaque coup me piétine le cœur, chaque blessure m’emplit de douleur. Je le déteste, enfin, même le mot détester n’est pas assez fort pour exprimer ce que je ressens. Voilà des mois que je cache la moindre parcelle de mon corps pour éviter les regards, les questions. Depuis qu’il avait commencé à me battre, j’avais perdu du poids, je n’avais plus que la peau sur les os. Si seulement on pouvait le voir me faire du mal, si seulement on pouvait me sortir de ce cercle infernal. Après les cours, il venait me chercher, il râlait lorsque j’avais la moindre seconde de retard et je redoublais d’effort pour perfectionner ma ponctualité. Ensuite, il m’amenait cLire la suite
[#Dia1] : J’ai compris que j’étais follement amoureux de toi9 mars 2017
– Pourquoi tu reviens? Pourquoi maintenant? Pourquoi après tout ce temps? – On apprend de ces erreurs n’est-ce pas? Je ne comprends pas pourquoi je t’ai laissé partir, pourquoi toi je n’ai pas su te retenir. Des filles, j’en ai vu défiler un bon paquet, une belle quantité. Des grandes, des petites, des moyennes, des jolies, des quelconques aussi. Toutes je les ai malmené, trompé et puis abandonné. J’étais comme ça tu sais, et c’est dur de changer parfois. – Je m’en fou de ce que tu dis là, je m’en fou de ce que tu me racontes ! Je ne veux plus de toi ! Dégage ! Va- t- en ! – Non, tu ne t’en foues pas, tu le sais autant que moi qu’on est fait pour être ensemble, je le sais, tu le sais. Nous le savons. Pourquoi lutter face à une telle évidence? Pourquoi s’acharner à ressasser le passé? Je t’ai fait du mal, et je suis désolé. Depuis un an je suis resté seul, pas de soirée, pas d’alcool, j’ai même arrêté de fumer. Pendant un an, j’ai appris à devenir meilleur pour toi, pour nous. Je voulais être ce gars dont tu rêves la nuit, celui que tu veux près de toLire la suite
Désolée, ça ne va pas6 mars 2017
Je déprime. Je ne sais pas pourquoi mais c’est comme ça. C’est prenant, envoûtant, ça me noie. Je perds le goût de la vie, je n’écoute même plus mes amis, je suis comme un ectoplasme , je suis absente. On dit qu’il ne faut pas nager là où on n’a pas pied, je regrette à présent de m’être trop éloignée de la rive. J’ai préféré foncer dans l’inconnu, au risque d’avoir tout perdu. Je me suis lancée à sa poursuite , mais il a pris la fuite, c’était beaucoup trop tard lorsque j’ai compris que c’était la fin de notre histoire. J’ai peur à nouveau d’être confrontée au bonheur et qu’une fois encore, je le rejette. Suis-je vraiment faite pour être heureuse ? Ou suis-je seulement apte à tomber amoureuse ? L’amour me ronge, il me tue, il me fait couler au plus profond de ma réalité. En fait, il y a tellement de choses qui m’angoissent, qui me troublent, que je ne connais pas mais qui font la raison de ma dépression. Au fond, je crois que c’est une accumulation d’événement qui me rende plus faible qu’avant. Je me sens tellement naïve parfois,Lire la suite
Et après la mort?
Après la mort, qu’est ce qu’il y a ? Qu’est ce qu’il nous arrive lorsque tu cesses de respirer, lorsque tu ne te réveilleras jamais ? Le « avant », tu le connais, tu sais ce que tu as vécu, ce que tu as perdu et à ton départ, les autres sont là pour se remémorer, pour te faire vivre dans leurs pensées. Tu auras marqué des mémoires et les auras fait rêver, rigoler, profiter du temps qu’ils ont passé à tes côtés. Le « pourquoi » de ta mort est connu aussi, c’est les vivants qui le découvriront, le chercheront et le pleureront. Mais après la mort ? En as-tu aussi conscience ? Sais-tu pourquoi tu nous lègues ton absence ? Suicide. Accident. Maladie. Meurtre. Tant de solutions pour mettre fin à sa vie, c’est triste mais c’est ainsi. Le monde entier n’est pas capable de lutter contre cette terrible vérité car oui beaucoup on choisit d’abréger leurs vies, de mettre fin à celles des autres ou alors la nature s’en charge…On connaîtra, du moins, on cherchera à comprendre les raisons pour lesquelles une personne meurt, pour qu’elle nous quitte si tôt, si précipitamment. Car pour lesLire la suite
Pour toujours, je vais être heureuse2 mars 2017
Je voudrais que tu saches, non en fait je voudrais que tu comprennes, que dans mon cœur tu as créé un massacre et qu’à présent, il saigne. Je voudrais que tu prennes en compte que dans la vie il y a des hauts et des bas et que quelque soit le problème que tu rencontres, je serai toujours là. Parce que oui, même si tout est fini, même si tu m’as littéralement détruit, pour toi, je décrocherai encore la lune, tu vois. Je prends le temps de t’écrire ces quelques lignes, d’aligner ces quelques mots. Je voudrais te raconter, tu sais, t’expliquer mes choix, pourquoi je ne suis plus là. Longtemps, depuis l’école primaire, je suis victime de moquerie, de harcèlement et je suis le centre de conversation des langues de vipères. Je n’avais pas d’ami et puis un jour, au beau milieu de ma vie, tu es arrivée, toi et ta lucidité m’avaient éclairé. Tu m’as remonté à la surface, tu m’as donné la force d’avancer, de tout surmonter. Mais à présent, tu n’es plus là, tu t’es effacé et puis peut être même oublié. Il faut croire que je ne représentais rien dans les cieux, tu m’as laiLire la suite
Joyeuse fête des mères
Le 26 mai 2013, Chère maman, Aujourd’hui, comme pour toutes les autres mères, c’est ta fête. Alors je tenais à te le souhaiter, te le dire et être avec toi pour ta journée. Alors voilà, bonne fête des mères, maman chérie. Je suis désolée, je n’ai que cette humble lettre à t’offrir, mais je l’écris avec le cœur, tu sais. On dit que c’est l’intention qui compte, n’est ce pas ? Cela fait près de 16 ans maintenant, que la fête des mères je la passe sans toi, je crois même que je ne t’ai offert que des objets fabriqués à la maternelle, j’y mettais tout mon amour dans ces petites cuillères qu’on peignait, tu sais, nous dessinions quelque chose qui ressemblait à un bonhomme sur des cuillères en bois. Je me souviens encore la fois où j’avais dessiné une girafe, du moins, la fois où j’avais essayé. Maman, j’aurais tellement voulu que tu lises cette lettre, mais je sais que tu ne le feras jamais malgré tous les efforts que je pourrais réaliser. Je laisse ce petit mot, cette feuille de papier, là où tu es enterrée, là où je ne pourrais jamais t’atteindre. On dit que lLire la suite