Textes

L’espoir ne meurt jamais

18 janvier 2017

Salut, ça va ? Comment ? Qui suis-je ? Mais tu le sais bien sur. Ah non, j’avais oublié que pour toi j’étais mort mais tu as nié un détail : Je ne meurs jamais. Bien sur parfois je m’efface, parfois on tente de me pulvériser mais je suis toujours là, même dans l’ombre de la mélancolie. Aller mec, pose ta clope, arrête les joints, tu sais : ça ira mieux demain. Ne regarde pas la bouteille comme ça, mis à part la gueule de bois elle ne t’apportera rien.

Qui je suis ? Non sérieux, tu ne me reconnais pas ? Ça fait combien de temps qu’on s’est quitté déjà ? Trop longtemps je suppose, tu es vraiment dans un sale état mon gars. Bon aller raconte moi tout, on verra comment on peut supporter le coup. Parce que t’es plus tout seul, tu vois ? Je suis là moi. Ah… Tu ne me vois pas ? C’est juste que tu refuses d’admettre que je suis toujours là mais je t’ai suivis chaque jour de ta vie mon ‘ptit. Chaque jour de ton existence, j’essayais de te prouver que la vie est belle.

Mais tu as du cesser de croire en moi quand tu as arrêté de croire au bonhomme en rouge avec la barbe jamais rasée. Aller, regarde moi, je suis vraiment là. Youhou, ne regarde pas à travers moi. Ferme les yeux, respire un bon coup, rouvre les et vois que je suis à tes côtés. J’admets que la vie n’est pas toujours rose mais t’en as vécu des trucs géants, des événements amusants, avoues que tout n’est pas noir et que tu dois continuer à y croire. Croire en quoi ? Mais en moi voyons. Je suis l’espoir, tu ne m’avais pas reconnu ?

Tant pis, on va faire sans. Tu te souviens de la première fois que tu as aimé, bordel elle était mignonne mais elle t’a brisé le cœur, pas vrai ? Bah ouais, elle t’a fait du mal et tu regrettes de l’avoir connu. Mais serais-tu toi même si tu n’avais pas vécu cette aventure ? Toutes tes blessures permettent de progresser, il faut juste retenir la leçon et ne plus recommencer. Regarde ce gamin là, qui apprend à marcher mais si ses parents n’avaient pas cru en lui, il aurait rampé toute sa vie. Tu dois croire qu’il y a quelque chose de meilleur dans le futur, de nouvelles surprises et de journée remplit de bonheur. J’comprends que t’aies peur de retomber, j’comprends que tu veuilles plus faire confiance mais t’as qu’une vie, tu veux la passer  en te lamentant ou alors en vivant pleinement ? Ne cesse jamais d’espérer parce que l’espoir fait vivre, tu le sais.

(Si vous reconnaissez ce texte, je l’ai publié le 3 mai 2014 sur ma page Facebook.)

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *