Un peu de moi | Textes

Maxime

1 mai 2019

Aujourd’hui, j’ai pris la décision de t’écrire. Ce n’est ni la première ni la dernière fois que je le fais ici mais disons que mes précédentes paroles étaient plutôt agressives alors j’ai décidé de te parler plus calmement.

Le passé est ce qu’il est, il le restera mais je veux juste que tu comprennes pourquoi je ne veux plus rien avoir à faire avec toi. Pour toi, cela a dû être un revirement de situation, quelque chose de brutal et pourtant, pour moi c’était la chose à faire. Comme je te l’ai dit, ce n’est pas la première lettre que je t’écris et que je laisse publique.

D’ailleurs, pourquoi je laisse notre histoire visible aux yeux du monde entier ? Parce que tout simplement des bonnes personnes comme toi ont aussi fait des mauvaises choses, parfois sans s’en rendre compte. Et même si moi, je souhaite te faire réagir toi, je me dis que d’autres qui ont agit comme toi vont peut être la lire. Et là, ça a été le déclic dans mon esprit. Tu n’es pas une personne fondamentalement mauvaise.

Après tout, nous avons été amis très longtemps, on s’est beaucoup appréciés, confiés, aidés mutuellement. Je ne peux pas nier l’importance que tu as eu dans ma vie ni la profonde amitié que je ressentais pour toi. Mais tu m’as déçu. Tu m’as déçu et le mot est faible parce que tu me connaissais par coeur, tu connaissais mon passé aussi bien que quelqu’un pouvait le connaître à cette époque là.

Et tu es venu chez moi, en toute amitié. Mais tu as dépassé les bornes, tu as franchi les limites en essayant de me forcer à faire quelque chose que je refusais. Et au fond, je sais que tu ne pensais pas à mal, je sais que tu ne te rendais pas compte du mal que tu m’as infligé. Dans mes lettres quelque peu haineuses, je t’ai toujours demandé comment tu as pu me faire ça en sachant ce que j’avais vécu ?

Mais la réalité, je la connais. Je l’ai toujours su : tu ne te rendais pas compte. Pour toi, j’avais juste peur d’être avec toi parce que tu étais l’ex de mes amies, pour toi, tu pensais juste que j’avais peur de les décevoir. Et c’est vrai, je ne voulais pas le faire mais je ne voulais pas non plus être avec toi, pas comme ça.

Pas avec toi qui me surplombe en cherchant à m’embrasser, pas avec toi qui me maintient de force contre mon lit, pas avec toi qui ne me laisse pas le choix. Et je me suis sentie trahie. Trahie parce que tu voulais me forcer, même si tu n’en as jamais eu conscience. Je sais qu’aujourd’hui encore, tu ne t’en rends toujours pas compte. Mais surtout trahie parce que tu savais, tu savais ce que j’avais peur, tu as vu mes larmes couler, tu as vu mes supplications pour que ça s’arrête.

Mais pour toi ce n’était qu’un jeu, tu as pensé qu’il fallait juste que tu m’aides à surmonter mes peurs mais c’était bien plus que ça : je ne voulais pas. Un “non” est un non, peu importe de qui il vient, dans quelle situation il est prononcé et tu n’avais pas le droit d’agir comme si tu savais mieux que moi ce que je ressentais.

Comme je l’ai dit au début de cette lettre, je sais que tu n’es pas quelqu’un de mauvais, la preuve : je t’ai adoré durant toute notre amitié. Mais tu sais aussi que ce genre d’acte n’est pas pardonnable, même avec toute la volonté du monde je n’y arriverai pas. Mais tu me manques parfois, ton amitié me manque et cela fait déjà plus de 3 ans que nous ne sommes plus amis et je pense toujours à toi.

Tu m’as brisé d’une certaine façon mais cela ne m’empêche pas de te souhaiter le meilleur et d’espérer qu’un jour, tu ais des regrets. Et peut être que ce jour là, on pourra discuter.

Comments

comments

Only registered users can comment.

  1. Tu as le courage d écrire bravo, d’exposer aux yeux de tous. Moi il y a des choses que j’aimerais dire, j’aurais aimé crier parfois ma douleur mais je n’ai pas pu exposer ces personnes qui m’ont fait du mal. Et d’ailleurs même en privé je n’ai toujours pas écrit, un jour sans doute. en tous les cas belle lettre…

    1. Prends ton temps, chacun avance à son rythme. Même si je l’expose au public, je ne lui ai jamais dit en message ni en face. Peut être le ferai-je un jour ? Peut être pas ? J’ai envie qu’il revienne et qu’il me dise “j’ai lu ta lettre et je suis désolée” mais il ne l’a pas fait. En tout cas, même si tu n’arrives pas à dire les choses, j’espère que tu es bien entourée et que tu arrives à aller de l’avant. Courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *