Livres

Prendre la vie comme elle vient – Carène Ponte

Hello,
Aujourd’hui je vous retrouve pour parler de Prendre la vie comme elle vient de Carène Ponte.

Résumé

La vie d’Alice vient de s’écrouler… Ou peut-être commence-t-elle ?

” Qu’est-ce que je faisais exactement à cet instant-là ? J’aurai beau me concentrer de toutes mes forces, fermer les yeux pour mieux visualiser, jamais je ne parviendrai à me souvenir. Est-ce que j’avais un livre dans la main ? Étais-je en train de sourire en pensant à la Toscane ?
On devrait être prévenu que la vie va basculer. Juste pour avoir le temps de graver dans sa mémoire la saveur de l’insouciance. “

Le jour où son mari Aymeric est victime d’un grave accident de voiture, Alice voit sa vie s’écrouler. Face à l’incertitude du destin, elle va devoir s’adapter aux épreuves qui croiseront sa route. Et se réinventer, pour que l’espoir triomphe.

Mon avis

Prendre la vie comme elle vient est l’histoire d’Alice qui a l’impression de sombrer dans la routine. Mariée à Aymeric et directrice d’une médiathèque, il lui manque la petite étincelle. Mais sa vie va être bouleversée quand Aymeric va avoir un accident de voiture et tomber dans le coma.

Prendre la vie comme elle vient, c’est le même début, mais avec 3 fins différentes. Dans chaque fin, Carène nous propose une évolution et un développement différent. Mais il y a quand même des similitudes, des clins œil entre les différentes hypothèses et c’est agréable à découvrir.

Comme d’habitude, je trouve le style de l’autrice agréable, simple mais doux, qui transmet toujours une multitude d’émotions. Pour autant, je crois que j’ai préféré la première fin, c’est celle qui m’a le plus touchée, qui m’a le plus retournée. La seconde et la troisième sont plus prévisibles à certains niveaux, alors que la première est plus vives, plus percutantes.

Ce roman porte bien son titre, tout est dit dedans. Nous prenons la vie comme elle vient avec son lot de joie et de peine. Le tout en abordant des thématiques dures comme le deuil, l’infidélité, les drames familiaux, l’handicap, la perte de mémoire, etc.

Dans tous les cas, j’ai souri, pleuré, j’ai compatis le sort d’Alice et j’étais vraiment impliquée dans le récit. Récit qui se lit assez vite, ce n’est pas un gros roman, mais qu’est-ce qu’il est intense ! Bref, je vous le conseille si vous aimez les fins alternatives, les différentes hypothèses qui finissent bien ou mal, parce que c’est la vie, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

89 + = 95