Livres

Noir de Noir d’Absinthe

Hello,
Aujourd’hui je reviens pour vous parler de l’anthologie Noir de Noir d’Absinthe. Vous y trouverez des textes de Louise Le Bars, Morgane Stankiewiez, Sarah Buschmann, KeoT, Stéphane Miller, Sarah Delysle, Cyril Fallavollita, Alexandra Fiordelli, Patrice Quélard, Wilfried Renaut, Michelle Labeeu, Jordi Vila Cornellas, Mathilde Chau.
Merci à la maison d’édition pour sa confiance !

Résumé

Les cris d’un saxophone étranglé résonnent dans la nuit glaciale. Des lumières surnaturelles vacillent et s’éteignent. L’asphalte dévore les âmes aussi sûrement que les corps.

Le rideau tombe.

13 auteurs vous invitent dans leur noirceur, au cœur de leurs mondes imaginaires, sombres reflets de notre univers. L’humain s’y dévoile sous son jour le plus sordide, pour votre plus cruel plaisir.

Mon avis

Noir est une anthologie qui porte très bien son nom. On enchaîne les histoires toutes plus sombres que les autres dans des atmosphères pesantes et parfois stressantes. Je suis vraiment admirative face à la diversité des styles et des talents. Bien sûr, il y a des nouvelles qui nous touchent plus que les autres, mais j’ai vraiment trouvé une anthologie de qualité.

Chaque texte nous surprend à sa manière et les fins sont juste grandioses. J’ai toujours admiré les personnes capables d’écrire des textes aussi courts tout en arrivant à nous surprendre. Parce qu’il faut poser une ambiance, décrire des passages, tout cela dans un laps de temps très court et proposer une fin surprenante, ce n’est vraiment pas quelque chose d’évident. Et dans cette anthologie, chaque texte y arrive. Il y a une ambiance particulière, des enjeux spécifiques, parfois même des personnages qui nous touchent et qu’on cherche à comprendre.

Il y a vraiment des passages et des fins où on se sent comme trahis. Pas dans le mauvais sens, mais plutôt pour dire “wouah, l’auteur / l’autrice a réussi à nous faire croire ça, mais en fait c’est génial !” C’est toujours difficile pour moi de parler d’une anthologie, il y a tellement de diversités et j’espère vraiment réussir à vous faire comprendre combien j’ai apprécié découvrir celle-ci.

Et le plus étonnant, c’est qu’en plus de nous surprendre, certains arrivent à nous parler de sujets importants et très actuels. Bien sûr, ils ne s’inscrivent pas tous dans une réalité, mais ceux qui le font dégagent un sentiment comme quoi cela pourrait être possible. Et ça c’est beau. Il n’y a rien de forcé, rien de trop. C’est parfaitement rythmé et vraiment très équilibré.

Vous savez que je suis une âme sensible, une trouillarde et une petite nature, et pourtant, j’ai dévoré cette anthologie. Pourquoi ? Parce que malgré son côté très sombre, il y avait une vraie beauté dans les styles des auteurs et pour certains, une petite touche de poésie très appréciable. Avec des mots bien tournés et des idées originales, chaque auteur a réussi à me conquérir.

C’est le premier ouvrage que je lis de chez Noir d’Absinthe, j’ai toujours voulu découvrir ce qu’ils proposaient, surtout après leur campagne Ulule (tellement hâte de lire le roman qui va sortir). Et maintenant que c’est chose faite, je ne suis pas déçue. Et j’ai hâte d’en lire d’autres ! J’ai vraiment adoré la façon dont ils travaillent et la manière dont ils gèrent leur maison d’édition. C’est, pour moi, un véritable modèle dans le milieu. Alors si en plus tous leurs textes sont fabuleux, je ne peux qu’applaudir.

Pour découvrir Noir, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *