Livres

La femme parfaite – J.P Delaney

Hello,
Aujourd’hui je reviens pour vous parler de La femme parfaite de J.P Delaney publié chez Fayard/Mazarine. Merci à eux pour leur confiance !

Résumé

« Ma chérie, il faut que je t’explique quelque chose  », dit-il en prenant sa main. «  Ce n’était pas un rêve. C’était un téléchargement.  »
Lorsqu’Abbie se réveille à l’hôpital, elle ne se souvient de rien. L’homme à son chevet prétend qu’il est son mari. Il est un géant de la tech, le fondateur d’une des startups les plus innovantes de la Silicon Valley. Il lui dit qu’elle est une artiste talentueuse, la mère dévouée de leur jeune fils – et la femme parfaite.
Cinq ans plus tôt, elle aurait eu un grave accident. Son retour à la vie serait un miracle de la science, une révolution technologique dans le domaine de l’intelligence artificielle pour laquelle il a sacrifié dix ans de sa vie.
Mais alors qu’Abbie se souvient petit à petit de son mariage, elle commence à remettre en question les motivations de son mari, et sa version des événements. Doit-elle le croire quand il affirme qu’il veut qu’ils restent ensemble pour toujours ? Et que lui est-il vraiment arrivé cinq ans plus tôt ?

Mon avis

La femme parfaite raconte l’histoire d’Abbie, une jeune femme qui a été ressuscitée en… robot. Son mari, Tom, est un géant de la tech et a tout fait pour retrouver sa femme… quitte à la recréer. Et c’est donc dans cet environnement qu’Abbie (la robotique) va évoluer.

Je n’ai pas vraiment accroché au livre. Je crois que le parti pris de la narration m’a un peu refroidie. On s’adresse directement à nous, nous disant “tu penses, tu dis, tu fais ci, tu fais ça” et j’avoue que ça ne m’a pas du tout aidé à me plonger dans l’histoire, bien au contraire. Nous évoluons avec la nouvelle Abbie et pourtant, ce style met de la distance entre le lecteur et ce personnage.

Il y a aussi un autre point de vue qui nous apporte des éléments supplémentaires, notamment sur le passé d’Abbie avec Tom. Mais encore une fois, c’était beaucoup trop détaché pour moi. Pourtant, l’intrigue est intéressante : comment Abbie a-t-elle disparu ? Est-ce un accident, un suicide ou un meurtre ? Bref, j’ai beaucoup aimé ce côté-là, mais la narration m’a vraiment déplu.

Cela n’empêche pas que ça apporte une touche d’originalité et je ne doute pas que certaines personnes seront plus sensibles à ça que moi. En plus, j’ai beaucoup aimé les thématiques abordées, notamment tout ce travail autour de l’autisme. C’est assez rare de voir un traitement de l’autisme en profondeur et j’ai trouvé ça chouette d’en apprendre plus.

Bien sûr, il y a la dimension “robotique” qui entre en jeu. Comment considérer les robots ? Est-ce que cette Abbie robotique peut remplacer la vraie ? Est-ce qu’elle a des sentiments ?

Au niveau intrigue, c’était vraiment bien développé. L’auteur laisse des indices et nous envoie tout le temps sur de fausses pistes. Comme la Abbie robotique, on veut avoir le fin mot de l’histoire et rencontrer les différents personnages nous aide à élaborer des théories et à se faire opinion. L’intrigue est vraiment bien traitée. Et la fin est très surprenante !

En bref, même si le style de narration m’a un peu dérangée, je sais qu’il peut offrir un peu de fraîcheur à d’autres. Et même si je n’ai pas adoré cette lecture, ce roman est très bien écrit. L’auteur a un talent certain dans la construction des intrigues et on voit qu’il y a un vrai travail de fond qui a été effectué, malheureusement cela ne l’a pas fait avec moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

67 − = 60