Interviews

Interview de Kaya.C

25 janvier 2020

Hello, hello,
Je poursuis cette série d’interviews en vous présentant Kaya.C qui a gentiment acceptée de répondre à mes questions. Au delà de ça, je la remercie pour sa patience et sa gentillesse qui me sont chères. 🙂

Bonjour Kaya, merci pour votre temps ! Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, j’ai 48 ans je suis maman de 2 grands enfants, je vis dans un bois loin des humains, à 70km de Paris. J’ai un conjoint et des amis très patients avec la solitaire que je suis le nez toujours dans mon ordi ou mon iphone sur les RS. J’ai une passion pour la musique (metal) les livres, et les voyages au bout du monde.

Depuis quand écrivez-vous ? Qu’est-ce qui vous a poussé à commencer ? 

J’écris depuis toujours, des poèmes essentiellement, c’est le 24 janvier 2018 que j’ai commencé mon premier roman publié, en entendant la chanson de Sixx A.M Without You d’où le titre de mon roman. Ils sont ma Muse depuis ce jour.

Vous avez aujourd’hui publié deux romances, est-ce votre genre de prédilection ? 

Pour le moment oui, mais j’aime tout donc rien ne dit que je n’écrirai pas autre chose dans le futur.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire des romances gay ? Est-ce un acte engagé ? Une préférence ?

Certainement un acte engagé, c’est mon combat depuis toujours. Mon meilleur ami était gay et a été tué par l’homophobie.  Without You et toute la trilogie lui sont dédiés. La majorité de mes ami (es) sont gays aussi.

Pensez-vous écrire une romance M/F ou FF plus tard ? 

Non jamais de FF ça ne me parle pas, je ne peux pas m’identifier, ma meilleure amie est lesbienne et écrit aussi du MM, c’est un de nos sujets de conversation elle non plus ne se voit pas écrire du FF. MF ce sera forcément un feel good sinon j’aurais l’impression de tromper mon conjoint (je sais je suis bizarre LOL)

Est-ce que vous allez vous essayer à d’autres genres ? Si oui, lesquels ? 

Peut être le polar… Une histoire bit-lit aussi c’est un genre que j’adore. 

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette duologie ? 

Difficile sans spoiler, disons que c’est l’histoire d’un amour absolu, de celui dont on rêve tous, mais forcément le destin va changer le cours de leur histoire, ils vont souffrir, se perdre, puis se reconstruire. L’un des personnage a réellement existé et l’histoire est fidèle à ce qu’il a vécu tout en étant romancée. L’autre protagoniste librement inspiré de mon ami décédé, est aussi un peu de moi, de mes rêves de mes idéaux. Without You est un mélange d’amour, de violence, de larmes, de rires, c’est surtout l’histoire d’Amaury et sa famille complètement déjantée.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire une suite ? 

Au début Without You était un one shot, mais une fois l’histoire publiée, j’ai ressenti une sorte de frustration, l’un des personnage n’avait pas tout dit, il restait des choses que je devais partager. Fight to Survive a vu le jour dans la douleur, il a été recommencé à 88000 mots, j’en suis sortie lessivée psychologiquement. 

Comment trouvez-vous l’inspiration ? Est-ce qu’il y a une part de vécu dans ces romans ? 

Dans la vie, dans les personnes qui m’entourent, l’actualité, tout est prétexte à écrire. Dans le cas de Without You, c’était nécessaire pour laisser partir celui qui m’a quitté il y a plus de vingt ans, ce livre a été une thérapie. 

Est-ce que vos personnages vous ressemblent ? Ou pas du tout ? 

Oui beaucoup, j’aime comme Amaury, ma famille ressemble à celle d’Amaury, quand on me connait on me retrouve dans mes romans. 

Pourquoi avez-vous choisi d’auto-éditer vos romans ? 

Je suis une maniaque du contrôle, j’ai 48 ans et voir mon histoire aseptisée par une directrice éditoriale était impossible pour moi, j’ai vu les dégâts sur certains romans une fois passés entre les mains de DE trop jeunes, il en ressort une histoire édulcorée sans âme. Je n’ai pas choisi la facilité, mais avec ses défauts Without You me correspond, j’ai appris de mes erreurs, je me suis entourée de professionnels pour un rendu “parfait”, je veux donner au lecteur un roman sincère mais professionnel. 

Combien de temps vous a-t-il fallu pour écrire vos livres ?

Without You l’écriture a pris trois mois, après les corrections mise en page impression etc quatre mois. Fight to Survive, a été un peu plus long à écrire puisque j’ai recommencé à 88000 mots j’ai tout changé, et m’étant imposé une deadline j’ai eu beaucoup de travail, mais une équipe formidable pour me soutenir. 


Est-ce qu’il y en a un que vous préférez ? Et si oui, lequel ?

Without You a une place à part dans mon coeur, mais je suis incapable de le relire…
J’adore Fight to Survive, il est celui que je trouve le plus abouti le plus construit. 
J’ai aussi deux nouvelles dans le recueil pour le Refuge, des mots et des hommes, l’histoire de Stan est drôle et douce et je l’aime beaucoup. 

Quel est le livre que vous auriez rêvé d’écrire ? 

Le Seigneur des Anneaux. 

Lisez-vous de la romance vous aussi ? 

Oui beaucoup de MM, rarement du MF, 50 nuances m’a dégoutée du MF, la cruche pauvre qui tombe amoureuse du milliardaire perturbé je ne supporte plus, le MF s’est engouffré dans ce créneau soit disant BDSM, jusqu’à l’indigestion. Quand on me conseille un MF qui sort du lot je tente, sinon non je n’en lis plus.

Quels sont vos livres préférés ?

  • Le Seigneur des Anneaux 
  • tous les Cody Kennedy (MM) 
  • Manhattan District de Onyx (MM) 
  • Tous les livres avec des vampires, je suis accro.
  • Tout ce qui parle des légendes Arthuriennes je suis fan. 

Quels sont vos projets futurs ? 

Ecrire et publier Your Eyes on Me, le 3ème et dernier de la trilogie. Ensuite reprendre Stan et le transformer en roman pour la fin de l’année, et peut être commencer une histoire de Marine, j’espère pouvoir passer quelques jours sur la base militaire de l’US Navy Corp à Norfolk en 2020 ou 2021, j’ai une partie de ma famille aux USA, et tous sont des Marines. Donc l’espoir d’avoir une accréditation pour avoir accès à la base …

Un dernier mot à ajouter ? 

MERCI ! Publier m’a permis de faire de belles rencontres IRL ou virtuelles et c’est un enrichissement personnel. 
La visibilité que vous nous donnez n’a pas de prix, et je suis toujours émue et reconnaissante pour votre implication à nous aider nous les petits auteurs.
Je me méfie énormément de l’humain en général, d’où mon souhait de rester anonyme, paradoxalement j’ai rencontré des personnes merveilleuses qui font aujourd’hui partie de ma vie privée et me sont très chères grâce à la publication de Without You.
MERCI INFINIMENT !

Pour découvrir With you, je vous invite à cliquer ici.
Pour découvrir Fight to survive, ça sera ici.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *