Livres | Interviews

Interview de Bartholomé

3 juin 2020

Bonjour Bartholomé ! Merci pour votre temps. Est-ce que vous pouvez vous présenter en quelques mots ?

Bonjour Lou, merci à vous de m’accueillir. En quelques mots je suis un auteur de 24 ans, fraîchement arrivé sur Paris.

Pouvez-vous nous expliquer le choix de votre nom d’auteur, juste “Bartholomé”? 

Je voulais publier sous un pseudonyme, Bartholomé est un prénom qui résonne profondément en moi,  il s’est imposé naturellement. 

Depuis quand écrivez-vous ? Qu’est-ce qui vous a poussé à commencer ? 

J’écris depuis longtemps, je me souviens avoir commencé une histoire de cow-boy quand j’avais 7 ou 8 ans. Mais c’est vers 15 ans, en entrant dans un groupe comme chanteur, que j’ai commencé à écrire des textes destinés à être mis en musique.

Pourquoi avoir choisi le titre “Hans : une biographie enfumée” pour votre livre ? 

J’ai choisi ce titre, car dans ce livre je raconte la vie d’un personnage. Pour moi chaque réalité est influencée par des facteurs plus ou moins importants. Ici, la forte présence de la Marijuana dans l’histoire de mes sujets ne pouvait pas être mise de côté. 

Pouvez-vous nous parler de votre livre ? 

En quelques mots, Hans est une histoire de fumée, de bagnoles, d’amour et de grand sage. En détaillant davantage c’est le début d’une quête personnelle où se rencontrent les angoisses et la paix et où l’ultime but est la liberté. 

Votre livre semble nous parler d’une vision de la liberté, est-ce un sujet qui vous touche particulièrement ?
Tout à fait. C’est pour moi le plus important. Se sentir libre sans pour autant nuire aux autres individus. Et c’est en effet une vision de la liberté, car je suppose que chacun à la sienne, c’est sans doute ce qui la rend encore plus belle. 

Qu’est-ce que vous souhaitez offrir aux lecteurs avec vos histoires ? 

Je souhaite que mes histoires soient des fenêtres ouvertes sur une ou des vies que l’on regarde pour se distraire. Si mes lecteurs ressentent les émotions et toute l’énergie positive que j’essaie d’y insuffler, alors je suis comblé. 

Comment trouvez-vous l’inspiration ? 

Je me sers de ce que j’ai vécu, de ce que je ressens. Ma réalité est  indissociable de mon écriture. Dans Hans j’évoque davantage des événements passés, mais plus ça va, plus mes textes se rapprochent de mon présent. 

Est-ce que vos personnages vous ressemblent ? Ou pas du tout ? 

Je ne peux pas le nier, je suis très présent dans l’histoire. Certains personnages me ressemblent en tout point et d’autres sont mes parfaits opposés. 

Est-ce qu’il y a quelque chose qu’on retrouve toujours dans chacune de vos histoires ? 

Comme nous en avons déjà parlé, la liberté est quelque chose de très important pour moi et j’aime la mettre en avant. C’est un état instable qu’il faut sans cesse remettre en question, il y a donc toujours quelque chose à dire dessus. Aussi le Cannabis est un élément qui ressort souvent. Sans vouloir inciter à la consommation, j’aimerais élargir les esprits et offrir à certains un autre point de vue. 

Quel est le livre que vous auriez rêvé d’écrire ? 

Un San-Antonio. Ou un Maigret ! J’admire les auteurs de ces romans. Leur bibliographie est hallucinante et leur rythme de travail me fait baver. Frédéric Dard écrivait 4 romans par an, Georges Simenon lui, n’avait besoin que de 15 jours pour en achever un. 

Est-ce que vous aimeriez vous essayer à d’autres genres ? 

J’aimerais beaucoup avoir assez d’intrigue et d’éléments pour construire un vrai polar, avec une enquête complexe et une atmosphère très lourde. J’aimerais aussi écrire un livre d’horreur. 

Quels sont vos livres préférés ?

Mon livre préféré est American Desperado d’Evan Wright. C’est sur l’histoire vraie et complètement hallucinante d’un fils de mafieux new-yorkais devenu l’un des premiers à traiter avec les cartels colombiens. 

Quels sont vos projets futurs ? 

J’ai fini d’écrire la suite de Hans, le roman s’appelle Bartholomé, la vie en bleu et je suis actuellement en train de le corriger. Je commence à avoir des idées concernant la suite et la rédaction du troisième tome ne saurait tarder.

Un dernier mot à ajouter ? 

Si la vie est un continuel paradoxe, elle n’en est pas moins fantastique. Si l’on s’écoute et si l’on ouvre les yeux, le positif peut se trouver partout et chaque évènement devient sensé. Merci Lou pour cette invitation. À très bientôt. 

Lien de son livre : https://www.amazon.fr/dp/1091605718 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *