Livres

Corbeau Blanc de Déborah Galopin

Hello,
Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du roman Corbeau Blanc de Déborah Galopin publié chez Cherry Publishing. Merci à la maison d’édition pour sa confiance !

Corbeau Blanc par [Déborah Galopin, Cherry Publishing]

Résumé

Un homme vêtu d’une tenue d’hiver en plein été,
Un oiseau de papier laissé sur une table,
Une jeune femme piquée par la curiosité,
Et la rencontre naît.

Eléa et Matthias aiment philosopher dans les bars parisiens mais ils n’ont pas les mêmes projets de vie. L’une rêve de stabilité, l’autre de liberté. Pourtant, ensemble, ils se comprennent.

Ils se cherchent, se perdent, se retrouvent. Ils ne se le disent pas, pourtant, ils s’aiment.

Et si aimer, ce n’était pas vouloir à tout prix retenir l’autre ?

Mon avis

Corbeau Blanc est un roman qui raconte l’histoire d’Eléa et de Matthias, ensemble ils se comprennent bien qu’ils aient des aspirations différentes. Pourtant, ils vont vivre une relation qui leur est propre. Il n’y a pas vraiment de mots à mettre dessus, c’est quelque chose d’unique, de profond et de sincère, mais ils ne disent pas qu’ils s’aiment.

Ce roman est perturbant, déroutant et complètement imprévisible. Si on s’attend à suivre le schéma classique d’une romance, il n’en est rien et on se fait surprendre. D’abord par la beauté de la plume, car Déborah Galopin met un point d’honneur à nous raconter les événements avec beaucoup de recul, de poésie et de douceur. Sans les nommer, l’autrice nous décrit les sentiments qu’Eléa traverse.

Même si tout ne se déroule pas comme on le voudrait, il y a quelque chose de doux et de réconfortant dans l’histoire. Comme une façon de nous dire d’y croire, encore et encore et d’aimer toujours plus fort. En fait, au-delà de nous présenter un couple et des personnages, l’autrice met en avant des sentiments, des passions et des rêves.

Ce roman est comme un nuancier où l’autrice nous fait vivre des montagnes russes de sensations, tout en nous répétant de savourer l’instant présent. Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé Eléa qui tente de percer la carapace de Matthias sans pour autant le priver de la personne qu’il est. Parce qu’au final, elle l’aime pour qui il est et pour ce qu’il aspire.

Et puis, il y a Matthias. Enigmatique et charismatique. Le genre de personnes qui prouvent qu’ils tiennent à nous sans nous le dire, mais qui nous le montrent au quotidien. J’ai aimé toute la poésie qui est sortie de ce personnage. C’est vraiment beau.

En conclusion, ce livre est un coup de cœur. Il a su m’émouvoir, comme me faire réfléchir et m’attendrir. Je ne retiendrai que de bonnes choses de cette lecture et on n’en sort clairement pas indifférent. Et pourtant, malgré ce soupçon de fantasy, on ne peut que transposer ces sentiments à la réalité avec une douceur infinie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *