Livres

Les tribulations d’Esther Parmentier (T2) de Maëlle Desard

Hello,
Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du roman que j’attendais le plus cette année : Les tribulations d’Esther Parmentier de Maëlle Desard publié chez Rageot ! Enfin le tome 2. D’ailleurs, n’hésitez pas à aller lire ma chronique sur le premier.

Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire : Trafic sanglant Vampires sur les dents Une nouvelle enquête qui voit rouge par [Maëlle Desard]

Résumé

De sorcière qui s’ignore à sorcière stagiaire, il n’y avait qu’un pas et Esther Parmentier, 19 ans, l’a franchi grâce à la manière brillante dont elle a résolu une précédente enquête sous la direction de l’agent Loan, un vampire désagréable, mais néanmoins très séduisant. Elle est désormais à plein temps au sein de l’Agence qui contrôle les relations entre les humains et les créatures surnaturelles. Mais bientôt, un nouvel arrivant, un dénommé Wolfgang Strøm, loup-garou de son état, se présente pour, prétend-il, réaliser un audit de l’Agence. Et voici que simultanément l’agent Loan, qui avait mystérieusement disparu, fait son come-back  : il enquête désormais sur un trafic de sang et exige la participation d’Esther. Quand à son tour Wolfgang s’immisce dans l’enquête, un trio est formé. Et qui dit trio dit complications…
 

Mon avis

J’attendais ce livre depuis si longtemps. Si longtemps que je l’avais précommandé et le fait de pouvoir récupérer le second qu’un jour après la sortie m’a énervée. Oui, oui, je suis dans l’abus. Mais comprenez-moi bien : j’attendais cette suite avec impatience !

J’avais adoré le premier pour sa fraîcheur, son humour et son originalité et j’ai autant aimé la suite. Enfin, quasiment autant, l’absence d’un personnage du premier tome m’a manqué, mais je ne peux pas vous en dire davantage. En dehors de ça, nous reprenons tous les personnages du premier tome qui nous ont marqué et on ajoute une nouvelle poignée de personnes aussi déjantées. Et ça donne le chef d’oeuvre qu’est la saga des aventures d’Esther Parmentier.

L’humour que l’autrice insuffle dans ses romans est tellement unique, rendant les situations les plus catastrophiques complètement hilarantes. Et en prime, nous avons Esther Parmentier, stagiaire, qui va déjouer les plans des méchants de la pire des manières (pour ne pas dire nulle). C’est donc un cocktail détonnant d’humour, de fraîcheur et d’amitié. Les liens qui unissent les membres de l’agence sont forts, uniques et parfois un peu étranges, mais cette équipe nous vend du rêve.

J’ai aimé les scènes d’action, les retournements de situation, les sentiments qui grandissent et ce personnage si unique qu’est Esther. Loyale, déterminée et toujours mal barrée, elle saura toujours tirer son épingle du jeu pour nous surprendre et proposer les pires plans de l’univers avec beaucoup d’auto-dérision.

La relation qu’elle entretient avec l’agent Loan est vraiment unique, leurs échanges m’avaient manqué et je suis ravie de retrouver leur répartie légendaire (j’abuse à peine). Juste le “stagiaire Parmentier” me manquait et le retrouver m’a redonné le sourire.

Vous l’avez compris, j’ai été heureuse de retrouver ces personnages qui m’avaient tant marquée, qui m’avaient fait rire et sourire. Maëlle Desard a cette faculté de raconter avec un mélange de génie et d’humour, une touche d’ironie et d’émotions. En fait, quand on lit ce roman comme le précent, c’est indescriptible : c’est aussi addictif que drôle, aussi passionnant qu’amusant, aussi touchant que géniale. Cette saga restera définitivement une de mes préférées (et vous savez que je lis beaucoup).

Bref, j’ai adoré. Adoré, oui, mais il manque un truc : UNE SUITE ! Déjà, à la fin du premier tome, j’étais à deux doigts de faire un scandale, là ce n’est plus possible. Je ne sais pas si le sadisme de l’autrice est à la hauteur de son humour, mais clairement, il me faut une fin. Mais comme on dit “jamais deux sans trois” et cette fois-ci, ça sera pour notre plus grand plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *